UPOVI Ville et genre: 50 nuances de stratégies d’évitement

UPOVI Ville et genre: 50 nuances de stratégies d’évitement

Le 18 janvier nous étions plus d’une vingtaine à se réunir à la Fabrik pour le premier temps du nouveau cycle “Ville et Genre” de l’université populaire de la ville. Deux membres de l’association FéminiCités ont participé à l’atelier de théâtre-forum, une technique théâtrale développée dans les favelas de Sao Paulo dans les années 60. Cette technique vise à fournir des outils d’émancipation pour pouvoir agir sur son environnement en jouant des situations quotidiennes conflictuelles afin d’imaginer des alternatives.

L’atelier nous a permis d’explorer plusieurs situations de harcèlements ou agressions dans l’espace public et d’imaginer et mettre en commun des stratégies et solutions pour y faire face aussi bien en tant que témoin qu’en tant que “victime”. Les différentes discussions engendrées par l’atelier ont amené à un débat sur la façon donc les réflexes que l’on pouvait mettre en œuvre dans ces situations individuelles peuvent permettre un changement dans le rapport de force collectif. L’évocation de ces situations a aussi apporté un éclairage sur les différentes manières d’occuper l’espace public que l’on peut avoir selon nos différentes identités, et la façon dont ces identités et leurs intersections influencent nos manières de vivre la ville.

En particulier, cette discussion a fait ressortir toute l’inventivité et les efforts que nous pouvons déployer au moindre déplacement en ville pour se “protéger” de potentielles interactions et attentions non désirées. Nous avons comparé nos différentes stratégies d’évitement, dont nous vous proposons un aperçu ici.

Les stratégies d’évitement sont des comportements que les femmes ou d’autres minorités de genre adoptent lors de leurs déplacements en ville afin de prévenir les situations de harcèlement. Ces stratégies vont de l’anecdotique (le port d’écouteurs) au désolant (être privée de sortie) en passant par le grotesque (jouer la “monstruosité”). Certains de ces comportements et attitudes sont tellement ancrés en nous que nous n’en avons même plus conscience. La diversité de ces stratégies met en évidence notre inventivité, mais elle montre surtout que le moindre déplacement peut nous coûter beaucoup d’énergie.  Ces stratégies sont subies, car elles n’auraient pas lieu d’être si nous pouvions nous déplacer sans crainte de devoir faire face à des gestes ou des paroles relevant du harcèlement. Cependant, de par la créativité dont nous faisons preuve en les mettant en place et en particulier parce qu’elles tournent parfois à leur avantage le sexisme de nos potentiels agresseurs, ces stratégies sont aussi dans une certaine mesure des formes de résistance. Elles sont aussi un rappel que notre priorité en cas de situation de harcèlement ou d’agression est de ne surtout pas se mettre en danger, et que nous n’avons pas à culpabiliser de notre manque de réactivité lors des situations d’agressions.

Voici donc les différentes stratégies que nous avons listées pendant l’atelier:

_______________________________________

Pour plus d’informations sur les bons gestes et comportements à avoir en cas d’agression, que vous soyez victime ou témoin:

je suis témoin, que faire? : les conseils de Stop Harcèlement de Rue

je suis victime, que faire?  les conseils de Stop Harcèlement de Rue et les dessins de Thomas Mathieu du Projet Crocodile (qui relaient également d’autres pages) ici

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *